1991 : Marie-José Pérec pour une grande première

A quelques semaines des 13e championnats du Monde d’Athlétisme qui auront lieu à Daegu en Corée du Sud, MemoSport entame une série rétrospective des grandes heures de l’athlé français dans cette compétition.

Chaque vendredi jusqu’à l’ouverture de la compétition, vous pourrez revivre chacun des titres de champions du monde obtenus par les athlètes tricolores. En espérant qu’à la fin de l’été, la liste se sera allongée au Pays du Matin calme. Pour inaugurer cette série, place à la plus grande championne française de l’Histoire : la gazelle Marie-José Pérec.

Marie-José Pérec

En 1991 sur la piste du stade olympique de Tokyo la jeune Marie-Jo, 23 ans et médaillée de bronze aux Europe de Split l’année précédente, va vivre ses premiers Championnats du Monde. Bien qu’elle vienne de remporter la coupe d’Europe en juin, en battant le record de France en 49’’32 sur 400n, son stress la perturbe fortement, la gênant même pour s’alimenter correctement.

Cela ne l’empêche pas de monter en puissance au fil des tours, pour devenir la grande favorite de la finale, et ce malgré la présence de la championne d’Europe, Grit Breuer.

Le tirage au sort place défavorablement Pérec dans le couloir devant Breuer. Cette dernière va pouvoir calquer sa course à celle de la française. Mais Pérec est indiscutablement plus forte.

Avec sa majestueuse foulée de 2m50, elle s’envole à 120 mètres de l’arrivée. L’allemande repousse ses limites pour revenir sur notre Marie-Jo nationale, mais rien n’y fera. La nuit nippone consacre la native de Basse-Terre.

La France aura attendu 8 ans et 49’’13 (nouveau record de France) pour qu’une Marseillaise retentisse lors des Championnats du Monde d’Athlétisme. Et elle devra patienter encore 4 ans…

Mais vous, fidèles lecteurs, rendez-vous la semaine prochaine, pour connaître la prochaine médaille d’or.

Avatar

Charles