Ligue des Champions 2003-2004 : le parcours exceptionnel de l’AS Monaco

Nul doute que le parcours de Monaco en Ligue des Champions 2003-2004 sera associé pour toujours à Didier Deschamps. L’un des footballeurs Français les plus titrés a commencé sa carrière d’entraineur sur le Rocher lors de la saison 2001-2002 en prenant un club en grande difficulté et l’amenant sur les sommets Européens jusqu’en finale face au Porto de José Mourinho.

Dauphin de Lyon à la fin de la saison 2002-2003, l’ASM a râté le titre de Champion de France d’une unité seulement mais s’est qualifié pour la plus prestigieuse des Coupes d’Europe. L’équipe de la Principauté s’est vue attribuer le groupe C composé du Deportivo La Corogne, du PSV Eindhoven et de l’AEK Athènes.

L’équipe Française n’était pas du tout favorite et devait se bagarrer la 3ème place avec les Grecs. Mais contre toute attente et au terme d’un mini championnat réussi avec une seule défaite en 6 rencontres, Monaco finit 1er de sa poule avec 11 points (3 victoires, 2 nuls et 1 défaite) devant le Deportivo La Corogne, 2ème avec 10 points, le PSV Eindhoven, 3ème avec 10 points et l’AEK Athènes, 4ème et dernier du groupe avec 2 points seulement. Les protégés de Didier Deschamps ont disposé de La Corogne (8-3 et 1-0), du PSV (1-1 et 1-2) et d’Athènes (4-0 et 0-0).

Ce 1er tour sera marqué par la correction 8-3 infligée aux Espagnols au stade Louis 2 avec un quadruplé de Dado Prso et des buts de Jérôme Rothen, Ludovic Giuly, Miroslav Plasil et Edouard Cissé. Ce match restera dans les annales du football car il est le plus prolifique de l’histoire de la Ligue des Champions.

En 1/8ème de finale, Monaco a eu toutes les peines du monde pour éliminer le Lokomotiv Moscou et doit sa qualification à son but marqué à l’extérieur qui compte double. A l’aller, en Russie, Moscou avait gagné 2 buts à 1 alors qu’au match retour c’est Dado Prso, une fois de plus décisif, qui envoya les siens en 1/4 de finale, se sortant du piège du Lokomotiv.

Les 1/4 et les 1/2 finales resteront mémorables dans l’histoire du club puisque les Français ont éliminé les Espagnols du Real Madrid et les Anglais de Chelsea, deux des grands favoris au titre suprême.

Défaits 4-2 à Santiago Bernabeu, personne ne voulait mettre une pièce sur des Monégasques qui allaient pourtant créer la sensation au stade Louis 2. Affichant guichet fermé, l’enceinte de l’ASM allait devenir une véritable forteresse face au Real impuissant de Zinédine Zidane. Mené 1-0, Monaco est revenu au score par son lutin Giuly peu avant la mi-temps avant de prendre l’avantage au retour des vestiaires par Fernando Morientes, prêté par le Real à Monaco cette saison-là. Puis c’est une nouvelle fois Ludo Giuly qui, à la 66ème minute, a permis à son club dominateur durant toute la rencontre de se hisser en 1/2.

Vainqueur 3-1 sur sa pelouse grâce à des buts de Fernando Morientes, Dado Prso et Shabani Nonda, Monaco a abordé son déplacement à Stamford Bridge avec moins de pression, lors de la demi-finale. En jouant libérés, les Monégasques ont tenu tête aux hommes de Claudio Ranieri (2-2) avec courage et panache pour obtenir sa 2ème finale européenne, 12 ans après sa finale perdue face à Brême en Coupe des Coupes.

Malheureusement, Monaco n’ a rien pu faire dans l’enceinte Allemande de Gelsenkirchen, s’inclinant en finale face au Porto de Jose Mourinho sur le score sans appel de 3-0. Malgré cet échec sur la dernière marche, le parcours de Monaco fut en tout point remarquable.

Avatar

Charles

2 comments

  • Parcours mémorable des Rouges & Blancs qui à l’époque était une équipe soudée et redoutée !
    J’ai adoré ces moments et je sais que je n’en ai pas assez profité, quels sensations, quels vibrations ! C’était formidable !!!

    Aujourd’hui, notre équipe fait pitié, 17e de L1, incapable de gagner…
    J’étais triste quand Deschamps est parti et je savais que ça serait de mauvaise augure pour la suite.
    Depuis, on a eu droit qu’à une bande de naze dans tous le staff, laissant filer les meilleurs ou détruisant des joueurs de talents.
    Ricardo est venu plomber l’équipe, j’ai dit « Ouf » quand il est parti. C’est alors qu’ils ont choisi, l’homme pour sombrer définitivement… Lacombe, l’homme à la moustache…
    Qui a fait quoi dans sa carrière ? Ah si ! Il joue les bas du tableau, gagne des coupe de France… trop classe pour un club qui jouait il y a quelques années la Ligue des Champions tous les ans !!!

    Je suis triste et je sais pas quoi faire pour que mon club de coeur retrouve son aura d’antan !

    Daghe Munegu

  • 6-7 ans déjà!!! Quelle équipe, quel jeu pratiqué avec des Moriente, Giuly, Rothen, Evra, Roma, Zikos, Bernardi…et j’en passe…
    Depuis que la Desch est parti c’est le grand néant excepté une finale de Coupe perdue contre Paris.
    Prenons un entraineur qui joue l’offensive avec des joueurs méritant…