2011 : les All Blacks pour un seul et petit point

3

La septième édition du mondial de rugby a lieu du 9 septembre au 23 octobre 2011 en Nouvelle-Zélande, et lorsqu’une Coupe du Monde de rugby à XV se déroule sur les terres néo-zélandaises, il y a forcément une équipe ultra favorite et 19 autres équipes prétendantes.

20 équipes participent donc à la compétition, qui se déroule dans 13 stades différents du pays. Parmi les favoris, l’Australie, l’Afrique du Sud ou encore l’Angleterre sont bien présents, tout comme la France, le Pays de Galle et l’Argentine. Sans oublier le pays hôte, la Nouvelle-Zélande.

Nouvelle Zélande 2011 Logo

Ces équipes sont réparties en quatre groupes de 5 équipes, selon le classement de l’IRB (International Rugby Board).

Groupe A : Nouvelle-Zélande – France – Tonga – Canada – Japon

Groupe B : Angleterre – Argentine – Ecosse – Géorgie – Roumanie

Groupe C : Irlande – Australie – Italie – Etats-Unis – Russie

Groupe D : Afrique du Sud – Pays de Galles – Samoa – Fidji – Namibie

Les All Blacks sortent en tête de leur groupe, après 4 victoires sur 4 possibles, le choc attendu avec les français n’a pas spécialement lieu. Ces derniers perdent également contre les Tonga mais profitent de leur bonus offensif pour arracher leur qualification pour les quarts de finale.

L’Angleterre, l’Irlande et l’Afrique du Sud réalisent également un sans faute lors des matchs de poules, avec 4 victoires sur 4. L’Argentine, l’Australie et le Pays de Galles terminent seconds de leurs groupes respectifs et continuent la compétition.

Une certaine logique est respectée au stade des quarts de finale, avec les 8 meilleures équipes mondiales qualifiées. Ironie du sort, les deux hémisphères sont distinctement séparés à ce moment de la compétition, avec les matchs France – Angleterre, Irlande – Pays de Galles, Nouvelle-Zélande – Argentine et Afrique du Sud – Australie.

Les néo-zélandais continuent sur le même rythme avec une victoire 33 à 10 sur l’Argentine, l’Australie prend de justesse le meilleur sur l’Afrique du Sud 11 à 9, le Pays de Galles domine l’Irlande 22 à 10 alors qu’une équipe de France resplendissante bat l’Angleterre 19 à 12.

Dimitri Yachvili France Angleterre 2011

A ce stade de la compétition, une finale entre la France et la Nouvelle-Zélande est un rêve doucement pensé par la planète rugby, et c’est bien ce qu’il va se profiler.

D’un côte, les Blacks dominent de la tête et des épaules leurs voisins Australiens 20 à 6, jugés jusqu’ici comme le plus coriace adversaire pour le pays hôte. Il n’en fût rien, la machine néo-zélandaises est très bien huilée et se hisse en finale de sa Coupe du Monde.

Nouvelle Zélande - Australie 2011

De l’autre côté, les resplendissants français des quarts de finale ont bien du mal à se défaire du Pays de Galles. Une bonne défense et le pied de Morgan Parra permettent à la France de remporter le match 9 à 8, après un suspens haletant et une transformation galloise ratée qui aurait pu changer le sort de la rencontre.

La finale rêvée a donc lieu, le 23 octobre 2011 à l’Eden Park d’Auckland, la France défie la Nouvelle-Zélande devant son public. La tension est énorme, à l’image du Haka néo-zélandais, auquel les français tiennent tête.

France – Nouvelle Zélande 2011 : Haka en vidéo :

Le match est difficile, âpre et serré, les néo-zélandais dominent légèrement les français, mais ceux-ci résistent magnifiquement bien. Quelques décisions arbitrales vont favoriser les locaux, mais c’est bien un seul et petit point qui sépare les deux équipes à la fin de la rencontre. Woodcock inscrit un essai et Donald transforme une pénalité pour les Blacks, alors que Dusautoire inscrit un essai, que Trinh-Duc transforme pour l’équipe de France.

Français et néo-zélandais prétendent à la victoire tout au long du match, mais c’est bien les All Blacks qui gagnent la rencontre 8 à 7, et remportent leur deuxième Coupe du Monde après celle de 1987. Petit réconfort pour la France, Thierry Dusautoir est élu meilleur joueur de la compétition, après notamment 21 plaquages pendant la finale.

Nouvelle Zélande 2011

Partager

L'auteur

Blogueur depuis 2007 et amateur de sport, Stéphane est très actif sur Twitter, Facebook et Google+.