Leonidas, le diamant noir brésilien

Il est des joueurs incroyables, qui malgré leur appartenance à l’une des plus grandes nations du foot, si ce n’est las plus grande, n’ont jamais pu gagner la Coupe du Monde. C’est le cas de Leônidas da Silva dit le « Diamant noir ».

Il est des joueurs incroyables, qui malgré leur appartenance à l’une des plus grandes nations du foot, si ce n’est las plus grande, n’ont jamais pu gagner la Coupe du Monde. C’est le cas de Leônidas da Silva dit le « Diamant noir ».

leonidas da silva

Véritable artiste des rectangles verts brésiliens, le joueur est attendu comme le génie de la Coupe du Monde de 1938 en France, avec la sélection brésilienne qui fait office d’ogre.

Le premier match confirme cela. A Strasbourg, devant un public émerveillé du spectacle, Leônidas permet grace à ses quatre buts de se défaire du piège polonais, le Brésil s’impose 6-5.

Au cours de ce match et après une première mi-temps sur le sec, un orage éclate pendant la pause. Leônidas veut reprendre le jeu pieds nus car ses chaussures sont devenus trop lourdes. L’arbitre le refuse et il se venge en marquant buts sur buts.

leonidas da silva

La voix royale vers le titre semble ouverte tant les brésiliens sont forts, mais en demi-finale le sélectionneur décide de se passer de ses meilleurs joueurs (dont Leônidas) afin de les réserver pour la finale.

Bien mal lui en a pris, car les italiens s’imposent et Leônidas ne sera jamais champion du Monde. Il se consolora avec le titre de meilleur buteur de la Coupe du Monde 1938 avec 8 buts.

Il restera dans l’histoire comme étant le créateur de la fameuse bicyclette, appelée encore retourné acrobatique. Son surnom du « Diamant noir » viendra de sa popularité post Coupe du Monde et de l’idée marketing d’une marque de chocolat. Celle-ci a par la suite sorti dans le commerce une tablette à l’effigie du joueur sous ce nom de « Diamant noir ».

Avatar

Charles