1976 : Putain de poteaux carrés (2/2)

Après une première partie qui résume le parcours de l’AS St-Etienne lors de la Coupe des Clubs Champions Européens 1975/1976, Mémosport revient aujourd’hui sur la finale de cette compétition entre les Verts de St-Etienne et le Bayern de Munich.

stetienne19761

Le 12 mai 1976, les deux meilleures équipes d’Europe s’affrontent dans le mythique stade d’Hampden Park à Glasgow. Les Verts sont forts de deux doublés nationaux Coupe-Championnat, alors que les Allemands sont doubles tenants du titre Européen.

Pour arriver jusqu’en finale, St-Etienne a battu le FC Copenhague, les Glasgow Rangers, le Dynamo Kiev et le PSV Eindhovent. De son côté le Bayern de Munich a battu l’AS Jech, Malfö, le Benfica Lisbonne et le Real de Madrid.

Composition des équipes

Bayern Munich : Sepp Maier ; Johnny Hansen, Hans-Georg Schwarzenbeck, Franz Beckenbauer, Udo Horsmann ; Franz Roth, Bernd Dürnberger, Jupp Kapellmann ; Karl-Heinz Rummenigge, Gerd Müller, Ulrich Hoeness. Entraîneur : Dettmar Cramer.

AS Saint-Etienne : Ivan Ćurković ; Gérard Janvion, Oswaldo Piazza, Christian Lopez, Gérard Janvion ; Dominique Bathenay, Jacques Santini, Jean-Michel Larqué ; Patrick Revelli, Hervé Revelli, Christian Sarramagna (remplacé par Dominique Rocheteau, 83′). Entraîneur : Robert Herbin.

La feuille de match Stéphanoise ne compte pas Dominique Rocheteau en tant que titulaire, ni Christian Synaeghel et Gérard Farison, restés sur le banc. Les 25 000 spectateurs Stéphanois présents et les milliers de Français devant leur téléviseurs rêvent d’une première victoire Française en Coupe d’Europe.

asse glasgow hymnes

Le début du match est assez équilibré, les Verts font jeu égal avec Munich et se procurent même quelques occasions intéressantes.

Les meilleures actions sont d’ailleurs à mettre à l’actif des Verts, qui font subir une légère domination aux Allemands. Dominique Bathenay ratent le coche en propulsant une frappe puissante sur la barre transversale. Tout comme Jacques Santini quelques minutes après, qui voit son ballon s’écraser sur ces fameux poteaux carrés, après un très bon coup de tête.

Et oui car à l’époque les montants de buts du stade de Glasgow ne sont pas ronds mais carrés, et la FIFA n’impose pas encore de restrictions dans ce domaine. Les spécialistes et les supporters disent aujourd’hui qui si ces poteaux avaient été ronds, alors St-Etienne serait surement Champion d’Europe 1976, mais bon, avec des Si on refait le monde.

asse_bayern76

A la 57e minute et après ces actions malheureuses, les Verts concèdent un coup franc dangereux à l’entrée des 16 mètres 50. Les Allemands le jouent très rapidement et Franz Roth ouvre cruellement le score, après une passe du grand Beckenbauer.

Les Verts font alors tout pour remonter ce léger avantage, mais la défense allemande résiste jusqu’au bout.

photo_bayern

L’entrée de Dominique Rocheteau en toute fin de match ne changera rien, malgré quelques offensives de l’attaquant Français. Munich gagne la rencontre et devient pour la troisième fois consécutive, Champion d’Europe.

Les joueurs de l’ASSE sont dépités, tout comme le public et les téléspectateurs Français. Tout le pays soutenait cette génération verte, qui a pu se consoler avec un titre de Champion de France quelques jours après.

Après une descente triomphale des Champs-Elysées, l’équipe au complet a été reçue par le Président de la République de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing.

1976ChampsElysees_1

1976ChampsElysees_2

Depuis cette rencontre, les supporters Stéphanois entendent encore résonner les poteaux de Glasgow jusque dans le Chaudron. C’est quelque temps cette histoire que la FIFA imposa à tous les stades de football de disposer de poteaux ronds, et non plus de poteaux carrés.

Cette génération aurait largement méritée cette victoire, qui aurait été la première dans l’histoire du Football Français. Mais malgré tout cela les Verts de 76 sont devenus des légendes, que toute la France d’hier et d’aujourd’hui connaît, reconnaît et admire.

Résumé du match en vidéo

Merci à Eric de poteaux-carres.com pour les illustrations.

Charles

3 comments