Amélie Mauresmo, un des plus beaux palmarès du tennis Français

2

Après 16 ans de carrière professionnelle et quelques titres majeurs remportés sur la scène internationale, Amélie Mauresmo a décidée de mettre un terme à sa carrière sportive. A 30 ans, c’est un des plus beaux palmarès Français qui range sa raquette après une fin de carrière pas forcément sur le devant de la scène.

Amélie Mauresmo

Amélie tombe amoureuse du tennis lorsqu’elle voit jouer Yannick Noah au début des années 1980. Elle n’a que 4 ans lorsqu’il remporte Roland-Garros et lorsqu’elle commence à donner ses premiers coups de raquette.

De fil en aiguille, elle prouve qu’elle a du talent et intègre le centre d’entraînement de Roland Garros en 1994. Elle participe pour la première fois à Roland Garros « chez les Grands » en 1995, après être passée par le stade des qualifications et disputée plusieurs petits tournois Internationaux.

En 1996 elle devient Championne du Monde Junior, grâce à ses succès dans les tableaux Junior de Roland Garros et de Wimbledon.

Le public découvre la Grande Amélie Mauresmo en 1999, lorsqu’elle atteint à 19 ans la finale de l’Open d’Australie. Elle perd malheureusement cette finale en deux sets (6-2 ; 6-3) face à Martina Hingis.

Martina Hingis - Amélie Mauresmo - 1999

Mais cette ascension sportive fulgurante pousse Amélie sur le devant de la scène, elle est en train de devenir une star du tennis Français.

Amélie remporte son premier titre majeur en 2001, lors de l’Open de Berlin. Avant cela, elle gagne plusieurs titres de seconde zone qui lui permettent de se hisser dans le Top 10 mondial.

De nombreuses blessures gâchent ses saisons, elle remporte quelques titres et se hisse en demi-finale de Wimbledon et de l’US Open entre 2001 et 2003. Elle arrive à stagner entre la 5e et la 10e place mondiale. Amélie est jeune et pleine d’espoir, le tennis féminin Français ne s’en porte pas plus mal.

En 2003, Amélie fait partie de l’Equipe de France de Fed Cup. Avec Mary Pierce, Emilie Loit et Stéphanie Cohen-Aloro, elles remportent l’équivalent de la Coupe Davis féminine, en dominant les USA à Moscou.

Equipe de France - Fed Cup 2003

La consécration arrive le 13 septembre 2004. Amélie Mauresmo devient n°1 mondiale après plusieurs victoires sur le circuit (Berlin, Rome, Montréal).

2004 est l’année de départ d’une période exceptionnelle pour Amélie. En effet, elle effectue une très bonne année 2005 au rang de n°3 mondiale, avant de réaliser un année 2006 exceptionnelle.

Le 28 janvier 2006 elle remporte le premier Grand Chelem de sa carrière en signant une victoire à l’Open d’Australie. En finale, elle bat Justine Hénin en finale sur abandon (6-1 ; 2-0 ; ab.). Elle redevient n°1 mondiale le 20 mars 2006.

Open d'Australie 2006

Mise à part une triste sortie au 4e tour de Roland Garros, Amélie réalise la meilleure année de sa carrière avec des victoires à l’Open Gaz de France puis à Wimbledon le 8 juillet 2006. Elle succède à Suzanne Lenglen au tableau des Françaises ayant inscrites leur nom au palmarès du tournoi Anglais.

Elle atteint la finale des Masters de fin d’année le 07 novembre 2006, mais s’incline en finale face à Justine Hénin (6-4 ; 6-3). L’heure de gloire prend fin après cette saison 2006, alors qu’elle abandonne définitivement sa place de n°1 mondiale.

Les années 2007 et 2008 sont des passages à vides pour Amélie, elle enchaîne les contre performances et ne brille que dans des tournois de seconde catégorie. Elle se hisse tout de même en demi-finale de l’US Open en 2008, mais ne parvient pas à rallier la finale du tournoi.

Amélie Mauresmo dégringole dans les profondeurs du classement mondial pour stagner après la 20e place du classement WTA.

Amelie-Mauresmo

L’année 2009 est pourtant une meilleure année que les deux années précédentes, elle remporte l’Open Gaz de France et est l’artisante d’une victoire de l’Equipe de France de Fed Cup lors d’un match de barrage.

Amélie ne retrouve cependant pas un niveau de classe internationale, comme celui de l’année 2006. Elle annonce la fin de sa carrière sportive le 3 décembre 2009.

Amélie Mauresmo possède un des plus beaux palmarès du sport tricolore. Elle est la dernière Française à avoir remportée un tournoi du Grand Chelem.

Malgré une carrière ponctuée de hauts et de bas, son style de jeu et son allure lui ont permis d’atteindre les sommets de la gloire.

Quelque chose me dit qu’Amélie ne restera pas dans l’ombre. Le tennis et le sport Français ont besoin de personnage de son envergure pour assurer des missions et/ou des rôles d’encadrement. Les courts ne seront jamais bien loin pour Amélie…

Partager

L'auteur

Blogueur depuis 2007 et amateur de sport, Stéphane est très actif sur Twitter, Facebook et Google+.

2 commentaires

  1. Je comprends sa décision, le tennis impliquant une vie toujours dans des hôtels et un rythme effréné. Quand on a connu ça depuis petite, ça saoule à un moment donné.

    Je retiendrai son palmarès superbe, ses gros ratés à Roland Garros et ce sublime titre chez les anglais.

    Avec une Mary Pierce qui semble loin de revenir au tennis, pas grand monde en vue pour prendre la relève. A moins que la jeune Mladenovic se révèle très vite…

  2. Pareil, je trouve que c’est courageux et respectueux de ses adversaire de savoir s’arrêter quand on n’a plus la passion et l’envie de se faire mal pour retrouver le niveau que l’on se souhaite. J’ai longtemps douté d’elle, et force est de constater qu’elle m’a bien fermé le clapet quand elle a gagne ses titres de noblesse qui font d’elle non pas l’un des plus beaux palmarès mais LE plus beau palmarès du tennis français, merci Amelie 🙂

Laisser un commentaire