1982 : Cruelle désillusion Française (2/2)

3

Après un premier puis un second tour de qualification, la France, l’Allemagne, l’Italie et la Pologne se disputent les demi-finales de la Coupe du Monde 1982. Cette édition est entachée par de mauvais comportements sportifs, qui vont être fatals à la France.

Espagne 1982

Les demi-finales ont lieu le 8 juillet 1982, à deux horaires différents.

A 17h15 l’Italie affronte la Pologne au Camp Nou de Barcelone. Les deux équipes s’étaient déjà rencontrés lors du premier tour et s’étaient séparés sur un match nul 0 à 0.

L’Italie est montée en puissance tout au long de ce mondial, grâce notamment à son attaquant vedette Paolo Rossi. Celui-ci réalise un doublé lors de cette demi-finale et envoi directement son équipe en finale. Cette première demi-finale est bien entendu la moins célèbre, comparée à celle entre la RFA et la France.

Italie Pologne 1982

France – RFA 1982

Le 8 juillet 1982 à Séville la France et la RFA s’affrontent pour une place en finale. Ce match est dans toutes les mémoires et a considérablement marqué l’histoire du Football Français.

Deux des meilleures équipes du monde entrent sur le terrain à 21h. D’un côté les Bleus de Platini avec un jeu et une classe à la Française. De l’autre la Mannschaft de Schumacher, avec jeu solide et une rigueur Allemand habituelle.

1982 France

Le match est intense dès les premiers échanges de balles, les Allemands exercent une forte pression sur les buts Français, jusqu’à marquer le premier but de la rencontre dès la 18e minute de jeu grâce à Littbarski.

Michel Platini égalise 10 minutes plus tard sur pénalty, la France hausse le ton et inverse la tendance de la rencontre. Les occasions se succèdent de part et d’autres, mais aucun but n’est inscrit. Les deux équipes rentrent au vestiaire sur un score de parité.

Le portier Allemand Harald Schumacher se fait déjà remarquer en multipliant les fautes sur les joueurs Français, sans que l’arbitre ne dise rien.

Platini 1982

La seconde période débute sur un rythme Français, les Bleus poussent. Dominique Rocheteau se voit refuser un but à cause d’une faute sur un joueur Allemand, puis le milieu de terrain Genghini se blesse. Patrick Battiston entre alors en jeu.

L’agression de Schumacher sur Battiston

Le milieu de terrain ne reste pas longtemps sur le terrain, en effet il est sauvagement attaqué par le gardien Allemand lors d’une passe en profondeur de Platini. La planète entière, les joueurs et le stade ont vus ce mauvais geste, sauf l’arbitre de la rencontre qui ne dit rien et laisse Battiston partir sur civière après un énorme KO.

Schumacher ne fait rien, il s’échauffe et jongle avec le ballon alors que le joueur Français a les dents et les vertèbres de cassées. Le gardien Allemand osera même dire à la fin du match une phrase odieuse : “si vraiment ça peut lui faire plaisir, je lui paierai ses frais de dentiste“.

Cette histoire est encore aujourd’hui la plus grande injustice sportive subit lors d’une Coupe du Monde de football.

Le match continu dans un climat tendu, le public Espagnol a pris part pour la France et siffle à chaque intervention de Schumacher. Le score reste à 1 partout jusqu’à la fin du temps réglementaire, vient alors les prolongations.

1982 Battiston

Le scénario des prolongations est inimaginable. La France pratique un très beau football offensif et marque un but grâce à Marius Trésor, puis un second grâce à Alain Giresse. La porte de la qualification pour la finale de ce mondial est alors grande ouverte.

1982 Giresse

Les Français ont poussés durant ces premières minutes, mais bizarrement le match change de visage. Ce sont les Allemands qui deviennent offensif dès la fin de la première prolongation. Rummenigge réduit le score 3 buts à 2 avant le changement de côté.

La France souffre jusqu’au bout et encaisse un but à deux minutes de la fin, Fischer signe une retournée acrobatique et permet à son équipe de disputer les tirs aux buts, une première pour un match de Coupe du Monde.

Le scénario catastrophe pour les Français continu lors des prolongations. Les Allemands ratent un tir, mais les Bleus en ratent deux. L’Allemagne se qualifie pour la finale.

Le résumé du match en vidéo, avec les commentaires de Thierry Roland et de Jean-Michel Larqué.

Michel Platini :

Aucun film au monde, aucune pièce ne saurait transmettre autant de courants contradictoires, autant d’émotions que la demi-finale perdue de Séville.

Michel Platini 1982

La finale de la Coupe du Monde

La finale de cette Coupe du Monde 1982 a lieu le 11 juillet 1982 entre l’Allemagne et l’Italie, dans le mythique stade de Madrid, Santiago Bernabeu.

Composition des équipes

Italie : Dino Zoff – Claudio Gentile, Gaetano Scirea, Fulvio Collovati, Giuseppe Bergomi – Antonio Cabrini, Gabriele Oriali, Marco Tardelli, Bruno Conti – Francesco Graziani, Paolo Rossi.

Entraîneur : Enzo Bearzot

Allemagne : Harald Schumacher – Manfred Kaltz, Uli Stielike, Karl-Heinz Förster, Bernd Förster, Hans-Peter Briegel – Wolfgang Dremmler, Paul Breitner, Pierre Littbarski – Karl-Heinz Rummenigge, Klaus Fischer.

Entraîneur : Jupp Derwall

Le match est équilibré pendant la première mi-temps, elle se conclue sur un score nul et vierge. Mais au retour des vestiaires, les Italiens prennent les choses en main alors que les Allemands perdent totalement pied.

Paolo Rossi marque un but à la 56ème minute, puis Tardelli crucifie Schumacher une seconde fois 13 minutes plus tard.

1982 Rfa Italie

L’Allemagne peut remonter au score, elle l’a fait en demi-finale contre la France. Mais à la 80e minute, un troisième but Italiens scelle le sort de cette rencontre. Breitner réduit le score en fin de match mais c’est insuffisant, l’Italie devient Championne du Monde pour la troisième fois de son histoire.

1982 Italie

Classement Meilleur buteur

1 – Paolo Rossi (Italie) : 6 buts
2 – Karl-Heinz Rummenigge (Allemagne) : 5 buts
3 – Zico (Brésil) : 4 buts
3 – Boniek (Pologne) : 4 buts

Partager

L'auteur

Blogueur depuis 2007 et amateur de sport, Stéphane est très actif sur Twitter, Facebook et Google+.

3 commentaires

  1. Pingback: www.sportscafe.fr

  2. Pingback: 1982 : L'agression de Schumacher sur Battiston

  3. Patrick GAUTHIER le

    l’arbitre du match France-Rfa , Charles Corver ,ressemble a un des acteurs du film de Sydney Pollack “on achève bien les chevaux” de 1969 . L’organisateur du concours est vraiment son sosie de plus il adopte le meme comportement pervers et cynique que ce dernier . La réalité dépasse la fiction !