1990 : La main de Vata crucifie l’OM de Tapie

Alors que l’Olympique de Marseille de Jean-Claude Dassier rencontre le Benfica Lisbonne dans le cadre des 8e de finale de la Ligue Europa 2009/2010, les fervents supporters de l’Olympique de Marseille se rappellent obligatoirement la dernière confrontation avec le club Portugais de 1990.

Le 28 avril 1990, l’Olympique de Marseille de Bernard Tapie affronte le Benfica Lisbonne en demi-finale retour de la Coupe d’Europe des Clubs Champions 1989/1990.

L’OM effectue une bonne partie du travail en signant une victoire 2 buts à 1 lors du match aller à Marseille, et rêve de se qualifier pour la première finale Européenne de son histoire.

La feuille de match – Benfica / Marseille – 28/04/1990

Marseille : Castaneda – Amoros, Sauzée, Mozer, Di Méco (Diallo 87e) – Tigana, Deschamps, Germain – Waddle (Vercruysse 78e), Papin, Francescoli. Entraineur Gérard Gili.

Benfica : Silvino, José Carlos, Samuel, Aldaïr, veloso, Paneira, Thern (Pacheco 52e), Hernani, Valdo, Lima (Vata 52e) Magnusson. Entraineur Erikson.

La rencontre se déroule dans un Stade de la Luz surchauffé. Les minutes passent et Marseille tiens un bon match nul 0 à 0.

Les Marseillais subissent la fin de rencontre et semblent pouvoir conserver ce score jusqu’à la fin du match. Mais à 7 minute de la fin du temps réglementaire, un corner portugais viens changer le sort de la rencontre, et de l’histoire.

Le Brésilien Valdo tire un corner côté gauche, le ballon est touché une première fois avant d’être poussé dans le but par le joueur Angolais Vata Matanu Garcia. Le stade est en ébullition, les joueurs du club Portugais exultent alors que les Marseillais contestent le but auprès de l’arbitre pour une faute de main.

L’arbitre valide le but car il n’a pas réellement vu ce qu’il s’est passé, mais les images de télévision sont formelles : le but est marqué de la main.

Les 6 dernières minutes ne changeront rien, Benfica remporte la rencontre 1 à 0 et se qualifie pour la finale de cette Coupe des Clubs Champions, au grand désespoir des Marseillais.

L’Olympique de Marseille s’est ensuite remis de cette défaite en se qualifiant l’année suivante pour la finale de la Coupe d’Europe, et en remportant le trophée en 1993.

L’histoire ne peut pas être réécrite et les fautes de mains sont toujours ouvertes à contestation dans le football. Cette main de Vata fait partie des mains célèbres, qui resteront toujours comme une plaie ouverte pour les supporters et les clubs qui subissent un tel évènement.

Pour information, Benfica ne remporta pas la finale ensuite. Le club Portugais s’incline 1 but 0 face au Milan AC à Vienne.

Vidéo : la main de Vata

Crédit Photo

Avatar

Charles